Actions ciblées par le prix

Ce prix souhaite récompenser une organisation française dont l’action a contribué de façon significative à améliorer les conditions de vie d’une population vulnérable au Sud. Il s’inspire de l’œuvre de Jean Cassaigne qui, au 20ème siècle, a consacré son existence à donner un cadre de vie digne et joyeux aux lépreux des minorités des hauts-plateaux vietnamiens. L’organisation lauréate de ce prix est choisie en réponse à un appel à propositions par un jury de lycéens du groupe scolaire Jean-Cassaigne (Mont-de-Marsan). Ce jury est appuyé par un comité d’experts de la recherche et du développement international.

  • Qui peut en bénéficier ?

Une organisation française de solidarité internationale laïque ou confessionnelle reconnue d’utilité publique ou d’intérêt général dont le budget annuel en 2019 était inférieur ou égal à 5 M Euros.

  • En quoi consiste le prix ?

10 000 € et un trophée remis à l’organisation dont l’action est retenue par les lycéens

  • Qu’est ce qui est éligible ?

Une action déjà engagée ou récemment finalisée dans un pays du Sud qui a permis de redonner de la dignité à des populations particulièrement démunies.

Les pays considérés comme prioritaires sont ceux  à faible revenu ou à revenu intermédiaire inférieur d’Asie, d’Afrique, d’Océanie, d’Amérique latine ou de la Caraïbe, du Moyen Orient. Voir la liste dans l’article sur les priorités de l’appel 2020-21.

  • Quelles sont les conditions ?

La proposition doit démontrer que l’action engagée dans la durée a déjà abouti à des changements au profit de populations exclues ou particulièrement vulnérables dans les domaines considérés comme prioritaires en 2020-2021. Ces changements peuvent s’inscrire dans les sphères sociales et économiques (amélioration du « vivre bien », création d’emplois ou d’activités, par exemple), politiques et juridiques (reconnaissance de droits, par exemple), environnementales (adoption de pratiques adaptées aux dérèglements climatiques, par exemple), éducatives, etc. Cette liste n’est pas exclusive.

Un « cheminement de l’impact » ayant conduit à ces changements devra être présenté en détaillant la contribution de l’organisation qui répond à cet appel.

Ces changements résultent d’un engagement commun entre une organisation française de solidarité internationale et une population bénéficiaire avec la nécessaire participation d’une organisation locale. L’action doit se poursuivre en 2021 ou montrer que l’autonomie acquise grâce à ces changements ne justifie plus la collaboration avec l’organisation française. Dans ce cas, ce dernier point devra être argumenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *